samedi, 22 janvier 2011

Les séries "Boobs & Ass", partie 3 : les séries d'aventures-action et "véhicules à stars"...

B&A 3.jpg

Certaines séries sont conçues, produites, pour mettre en avant et en vedette les charmes, le physique d'une actrice suffisamment populaire, charismatique, belle et talentueuse pour porter sur ses épaules le poids d'une série. Parmi celles-ci :

V.I.P. :

VIP 1.jpg

Synopsis :  Valery Irons (Pamela Anderson) est une jeune femme des plus ordinaires. Sa vie bascule le jour où elle sauve la vie d’une célébrité sous les yeux des caméras : une agence de gardes-du-corps spécialisée dans la protection de célébrités et clients fortunés, décide de l’engager pour servir d’image de marque. Le visage de Valery Irons servira en effet d’image promotionnelle et de tête d’affiche à l’agence, rebaptisée V.I.P. (pour Valery Irons Portection), tandis que les véritables gardes du corps prendront tous les risques…

Les raisons d’y jeter un oeil, quand même… ou pas ! :  Quelques années après avoir été l’une des vedettes de la série Baywatch / Alerte à Malibu, Pamela Anderson a décidé de revenir à la télévision dans une nouvelle série dont elle aurait la vedette. Tout comme dans cette série, V.I.P. n’est pas avare de jeunes filles en bikinis ou vidéos suggestives de Pamela. La série, avant Entourage, et comme pour Las Vegas, aime à inviter quelques visages connus pour jouer les guest-stars de luxe. Côté scénarios, c’est la catastrophe. Les histoires sont indigentes, sans originalité aucune (puisque de toute façon l’intérêt n’est pas là), et complètement risibles. D’ailleurs, pour arriver à regarder la série, il faut la considérer comme une vaste blague, et la regarder au 35ème degré, absolument pas au sérieux, où elle peut devenir formidablement comique. Produite pour être diffusée en syndication, la plaisanterie dura tout de même 4 saisons, de 1998 à 2002. Et donna lieu à d’infâmes jeux videos, en prime.

VIP 2.jpg

Côté charme :  Aux côtés de Pamela Anderson qu’on ne présente plus, on retrouve également les sculpturales Molly Culver et Natalie Raitano, toutes les 3 formant un charmant éventail de créatures de rêve.

 

Relic Hunter :

RH 1.jpg

Synopsis :  Sydney Fox est professeur d’histoire ancienne à l’université. Elle est également une chasseuse de reliques (une "relic hunter", en VO, soit le titre original de la série), une aventurière parcourant le monde à la recherche de trésors anciens disparus, d’objets d’art de diverses civilisations aux quatre coins du globe. Afin de l’aider dans son travail, Sydney s’adjoint les services d’un assistant, Nigel Bailey. Spécialisé dans les langues anciennes et en histoire, ce jeune homme brillant et un peu froussard accompagne Sydney Fox au gré de ses missions et de ses aventures. Pour les seconder, Sydney possède à l’université sa propre secrétaire, Claudia. Celle-ci ressemble un peu à Elaine, la secrétaire d’ Ally (McBeal). Sans en avoir l’intelligence ni le côté inventif, elle partage le même goût pour les beaux mâles. De même que Sydney, dont certains épisodes font allusion à ses nombreuses conquêtes masculines. Toutes les trois sont en effet de véritables croqueuses d’hommes.


Une série d’aventures :  Relic Hunter est une série d’aventures classique exploitant tous les poncifs du genre : objets mystérieux, artefacts et reliques anciens, passages secrets amenant à ces objets, personnages troubles et faisant preuve de traîtrise, sectes mystérieuses, cultes et croyances ressurgies du passé, exotisme… La série n’hésite pas à inclure aussi une légère dose de fantastique dans la saison 2, les reliques « magiques » donnant à voir quelques manifestations mystiques, et par conséquent quelques effets spéciaux.

RH 2.jpg

Une série sexy :  Reposant beaucoup sur la beauté de son interprète principale, Sydney Fox l’aventurière est surtout un véhicule pour la sublime et très belle Tia Carrere, dont le rôle taillé sur mesure pour elle, lui va comme un gant : celui d‘une aventurière aussi belle qu‘intelligente, aussi cultivée que sexy. Tout comme Baywatch capitalisait souvent sur la beauté de ses naïades, et la raison pour laquelle je parle de la série ici, est que la plupart des épisodes de la série contiendront au moins un moment où la belle Tia sera montrée tout à son avantage. Nombre de situations destinées à exploiter le sex-appeal de l’actrice l’obligent à se changer et/ou à adopter certaines tenues la mettant particulièrement en valeur. Sa tenue d’aventurière, à l’image des maillots de bain de Baywatch ou même des tenues des diverses partenaires de Steed, sert aussi à mettre son physique en valeur.
    De même, les épisodes mettent égalmeent en scène de nombreuses bimbos, des créatures de rêve destinées à troubler le pauvre Nigel (ainsi que le téléspectateur ?), aussi maladroit avec les femmes que froussard face au danger. Pour la saison 3, dans le rôle de la secrétaire, Claudia (interprétée par Lindy Booth) fut remplacée par une actrice plus sexy et pulpeuse au décolleté plongeant, Tanja Reichert.

RH 3.jpg

Une série féministe et humoristique (?) :  Sydney Fox s’inscrit dans la lignée des personnages féminins forts et indépendants que nous offre la télévision depuis un certains temps. Héritière d’Emma Peel, Buffy, Max (de la série Dark Angel) et autre Xena, elle est un personnage avec qui il faut compter, qui en remontre aux hommes qu’ elle bat à plates coutures dans les combats au corps-à-corps. Sorte d’Indiana Jones au féminin, le personnage a aussi pu être vu comme une adaptation non-oficielle de celui de Lara Croft issu du jeu vidéo Tomb Raider. Nigel, le side-kick (partenaire plus jeune et moins doué) de l’héroïne, est l’élément comique de la série, comme nous en présentent souvent les récits d’ aventure. Peureux, maladroit, souvent inquiet la plupart du temps (et la VF accentue beaucoup cet aspect), subissant à chaque fois les péripéties dans lesquelles l’entraîne Sydney. Sans elle, Nigel ferait un bien piètre aventurier. Avec ces deux personnages, le schéma traditionnel s’inverse, le personnage féminin étant l’ élément fort du duo. Sydney n’a de toute évidence pas cherché son équivalent masculin en tant qu’assistant, ce dont elle n’a de toute façon pas besoin. L’humour est également présent par le biais des situations embarrassantes dans lesquelles les personnages sont parfois plongés, ou les déguisements que ceux-ci doivent emprunter. Claudia, la secrétaire délurée un peu cruche, est elle aussi censée apporter une touche humoristique à la série.

Relic Hunter aura duré en tout et pour tout trois saisons, et accueilli quelques guest-stars bien connues du monde des séries (Simon McCorkindale, plus connu pour son rôle de Manimal et devenu co-producteur exécutif du show pour sa troisième saison, Adrian Paul, le Duncan McLeod de la série Highlander…). En France, la série fut multi-rediffusée le dimanche soir sur M6, signe que le public français trouva son compte avec cette série et apprécia tout ou partie des éléments cités ci-dessus.

vendredi, 26 novembre 2010

TV Meme - Day 03 : Votre nouvelle série préférée diffusée cette saison.

La question est épineuse pour moi : je vis ma sériephilie principalement en me passant encore et encore des classiques, sans véritablement chercher à regarder du inédit en direct live des Etats-Unis (ou d'ailleurs). Et franchement, devant la pauvreté du paysage télévisuel actuel américain, et le "choix" et peu de soin apporté actuellement aux diffusions de séries en France, on se demande comment on peut devenir sériephile.

Mais je goûte quand même suivre quelques séries parmi celles diffusées à la télévision, ou sorties en DVD, et notamment celles-ci :

CASTLE 4.jpg

Castle ne révolutionne rien, ce sont de vieilles recettes encore une fois utilisées, mais alors c'est rudement bien foutu, on s'attache comme pas possible au duo d'enquêteurs qui fonctionne parfaitement, et j'adore. Le personnage de Castle est un grand gosse, on compatit parfois devant une Beckett obligée de se le materner, et on attend (im)patiemment qu'ils se tombent dans les bras l'un de l'autre, ces deux-là.

Et puis :

SHERLOCK 1.jpg

Sherlock ne révolutionne rien, ce sont de vieilles recettes encore une fois utilisées, mais alors c'est rudement bien foutu, on s'attache comme pas possible au duo d'enquêteurs qui fonctionne parfaitement, et j'adore. Ben oui, on ne peut pas imaginer personnage plus classique ou usé que Sherlock Holmes. Hé bien non, ces sorciers de Steven Moffat et Mark Gatiss ont réussi à revivifier le mythe en le transposant à l'époque moderne, idée de génie au vu du résultat. Les acteurs sont excellents, la légende n'est absolument pas trahie, les 3 épisodes d'1h30 arrivent à réinstaller un univers dont on attend la suite... Une vraie réussite.

vendredi, 30 avril 2010

Coup de gueule : tendre naïveté (diffusions télé)...

Bonjour ;

Au sujet de cette note, un petit coup de gueule, un énième, oui, mais après tout... Les chaînes, dans leur choix de diffusion, y poussent. 

Ainsi, il y a peu, était annoncée la diffusion de LOST à partir du 5 mai. Afin que les fans ne soient pas trop impatients, afin de célébrer la dernière saison de la série-événement, l'une des dernières grandes séries à se dôter d'une fanbase importante, l'une des rares séries fantastique / S-F diffusées à la télé hertzienne. La série étant habituellement diffusée en plein été, c'était un beau cadeau que cette diffusion avancée. Naïvement, j'ai pensé qu'une telle diffusion se ferait... à 20h50, histoire que la mise en avant soit totale !

Hé bien non. Erreur de jugement de ma part, TF1 n'est pas si généreuse avec les sériephiles. Et puis d'abord du policier. 

Donc, New York : Section Criminelle reste diffusée à 20h50, et LOST, pour son ultime saison, le sera... aux alentours de 23h, soit un erreur impossible pour ceux qui travaillent le lendemain, et se lèvent tôt. Dommage pour moi, donc, je ne découvrirai la fin de la série qu'après tout le monde, lors de la sortie en DVD. A moins que...

Enfin ce n'est pas grave, j'avais prévu de me refaire les 5 saisons en continu avant. 

A tout à l'heure, pour de nouvelles reviews !

KNIGHT